Page d'accueil > Informations récentes
PRÉSERVER LE MULTILATÉRALISME ET RECHERCHER LA SÉCURITÉ COLLECTIVE
--Allocution de Monsieur Wang Yi Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères à la Conférence du Désarmement
2021-06-11

Excellence Monsieur l'Ambassadeur Salomon Eheth,
Excellence Madame la Secrétaire générale Tatiana Valovaya,
Mesdames et Messieurs les Représentants,
Mesdames et Messieurs,

La Conférence du Désarmement porte notre aspiration commune à forger des hoyaux de nos glaives et à réaliser la paix et le développement. Elle a joué un rôle important dans le processus historique de contrôle des armements et de désarmement au niveau international et a apporté une contribution historique à la préservation de la paix et de la sécurité dans le monde. Au moment où notre monde traverse des changements et une épidémie jamais connus depuis un siècle, la Conférence du Désarmement est appelée à faire face aux changements profonds et complexes dans l'actuelle situation sécuritaire internationale et à envoyer un message clair de préserver fermement la stabilité stratégique mondiale, de promouvoir fermement le processus de contrôle des armements au niveau international et de défendre fermement le multilatéralisme.

Monsieur le Président,

En janvier dernier, à l'édition virtuelle de l'Agenda de Davos du Forum économique mondial, le Président Xi Jinping a clairement affirmé qu'il fallait que le flambeau du multilatéralisme éclaire la marche en avant de l'humanité. Le multilatéralisme est la bonne voie que tous les pays ont à suivre fermement pour promouvoir la nouvelle vision de la sécurité commune, globale, coopérative et durable et faire progresser le processus de contrôle des armements, de désarmement et de non-prolifération au niveau international.

Nous devons développer la coopération gagnant-gagnant, rechercher la paix et la sécurité par la coopération et rejeter fermement la mentalité de la guerre froide et le jeu à somme nulle, en vue de réaliser la sécurité commune.

Nous devons préserver l'équité et la justice, renforcer l'autorité et l'efficacité des mécanismes multilatéraux de désarmement centrés sur les Nations Unies et rejeter l'exceptionnalisme et le deux poids deux mesures, en vue de réaliser la sécurité universelle.

Nous devons mettre en place une gouvernance intégrée en adoptant une approche globale pour affronter les grands défis sécuritaires contemporains et éliminer les menaces potentielles, en vue de réaliser la sécurité durable.

Monsieur le Président,

Cette année marque le 50e anniversaire du rétablissement de la Chine dans son siège légitime aux Nations Unies. Au cours des 50 ans écoulés, la Chine a participé sur tous les plans aux activités dans le cadre des Nations Unies et apporté une contribution importante à la paix et au développement dans le monde. La sagesse plusieurs fois millénaire de la Chine estime que la recherche de l'hégémonie conduit au déclin et qu'aucun pays puissant ne doit y prétendre. La Chine poursuit résolument la voie du développement pacifique, la politique extérieure d'indépendance et de paix et la politique de défense nationale à caractère défensif. La Chine poursuit la politique nucléaire la plus stable, la plus cohérente et la plus prévisible parmi tous les pays dotés d'armes nucléaires. Dès le premier jour où nous nous sommes dotés d'armes nucléaires, nous avons plaidé clairement pour l'interdiction complète et la destruction totale des armes nucléaires dans le monde, et nous nous sommes engagés ouvertement à ne jamais utiliser en premier les armes nucléaires, à aucun moment et en aucune circonstance. La Chine applique depuis toujours une politique de ne pas employer ni menacer d'employer, en aucun cas, les armes nucléaires contre les pays et zones exempts d'armes nucléaires. Elle ne se soustrait jamais à ses obligations internationales sur le désarmement et le contrôle des armements, maintient toujours ses forces nucléaires au strict besoin de la sécurité nationale et ne rivalise jamais d'ampleur ou de quantité avec d'autres pays.

Monsieur le Président,

Faire avancer sans cesse le processus international de contrôle des armements, de désarmement et de non-prolifération constitue non seulement un moyen important pour préserver la paix et la sécurité dans le monde, mais aussi un travail concret pour poursuivre et promouvoir le multilatéralisme. Dans ce sens, je voudrais partager avec vous quelques-unes de mes réflexions.

Premièrement, nous devons préserver ensemble la stabilité stratégique mondiale.

Il faut toujours observer les principes d'une réduction juste, raisonnable, progressive et d'équilibre vers le bas dans les actions de désarmement nucléaire. Les deux plus grands États dotés d'armes nucléaires doivent poursuivre de façon vérifiable, irréversible et juridiquement contraignante la réduction massive de leurs arsenaux nucléaires de sorte à créer des conditions favorables au désarmement nucléaire multilatéral.

Les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité doivent réaffirmer ensemble le principe important selon lequel une guerre nucléaire ne peut pas être gagnée et ne doit jamais être menée, intensifier leur coopération en matière de réduction de risques stratégiques, approfondir leur dialogue stratégique et renforcer leur confiance mutuelle stratégique sur plus de dossiers liés à la sécurité stratégique.

Il y a plus de 20 ans, la Chine a proposé aux cinq pays dotés d'armes nucléaires de conclure un traité sur le non-recours en premier aux armes nucléaires les uns contre les autres et soumis un texte de projet. Nous poursuivrons avec résolution ces efforts. La Conférence du Désarmement doit lancer immédiatement les négociations sur un instrument juridique international en matière de garanties de sécurité des États non dotés d'armes nucléaires et œuvrer à réaliser des progrès substantiels dans les plus brefs délais.

La Chine s'oppose au développement et au déploiement par certain pays des systèmes de défense antimissile régionaux et globaux qui nuisent à la stabilité stratégique, et s'oppose au déploiement des missiles de portée intermédiaire basés à terre dans les régions périphériques des autres pays.

Deuxièmement, nous devons respecter les traités internationaux en matière de contrôle des armements.

Le régime du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires revêt une importance particulière et joue un rôle irremplaçable. Les États parties doivent travailler à faire avancer de manière équilibrée les actions autour des trois piliers du Traité : désarmement nucléaire, non-prolifération nucléaire et utilisation de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques, et à le dynamiser dans la nouvelle époque historique de sorte qu'il apporte une contribution encore plus grande à la préservation de la paix et de la sécurité et au développement durable dans le monde.

Les différentes parties doivent soutenir la construction et le fonctionnement du régime de vérification du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE) et poursuivre leurs efforts visant à promouvoir l'entrée en vigueur du TICE le plus tôt possible. Tous les États dotés d'armes nucléaires doivent honorer leurs engagements d'observer le moratoire des essais nucléaires. La Conférence du Désarmement doit continuer de préparer la négociation d'un traité d'interdiction de la production de matières fissiles pour les armes nucléaires et mener des travaux substantiels pour réaliser le double objectif du désarmement nucléaire et de la non-prolifération.

La Chine appelle les pays concernés à s'acquitter effectivement des obligations stipulées dans la Convention sur l'interdiction des armes chimiques et à détruire dans les meilleurs délais leurs stocks d'armes chimiques et les armes chimiques abandonnées. La Chine entend saisir l'opportunité offerte par son adhésion au Traité sur le commerce des armes pour participer de manière approfondie aux efforts internationaux visant à prévenir le transfert illicite d'armes conventionnelles. Elle soutient l'initiative « Faire taire les armes en Afrique » avancée par les pays africains.

Troisièmement, nous devons gérer les dossiers de la non-prolifération par voie de négociation.

Le Plan d'action global commun sur le nucléaire iranien (JCPOA) est un acquis majeur de la diplomatie multilatérale endossé par la résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies, et un pilier essentiel du régime international de la non-prolifération nucléaire et de la paix et de la stabilité au Moyen-Orient. Les agissements unilatéraux d'intimidation des États-Unis sont la racine de la crise nucléaire iranienne. Il faut lever les sanctions contre l'Iran avant de retourner au JCPOA, voilà la bonne logique. Les négociations sur le retour des États-Unis et de l'Iran au JCPOA sont dans la dernière ligne droite. Il incombe à toutes les parties concernées de prendre rapidement des décisions politiques et de multiplier les efforts diplomatiques en vue de ramener le JCPOA à la bonne voie. La Chine a proposé de créer une plateforme de dialogue multilatéral pour la région du Golfe de sorte à bâtir progressivement une architecture de sécurité commune, globale, coopérative et durable au Moyen-Orient. Nous soutenons la création au Moyen-Orient d'une zone exempte d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive et entendons travailler activement dans ce sens.

Quelle que soit l'évolution des situations régionale et internationale, la Chine se prononce toujours pour le maintien de la paix et de la stabilité dans la péninsule coréenne et le règlement des questions par dialogue et consultations. Nous préconisons l'« approche à double voie » et le principe de procéder par étapes et de manière synchronisée pour promouvoir la réalisation des deux objectifs majeurs, à savoir la dénucléarisation complète de la péninsule et la mise en place d'un mécanisme de paix durable. Et nous continuerons de faire des efforts inlassables avec les autres parties pour promouvoir le processus de règlement politique et réaliser la paix et la stabilité durables dans la péninsule.

Quatrièmement, nous devons perfectionner la gouvernance mondiale pour la sécurité dans de nouveaux domaines.

L'urgence de prévenir l'arsenalisation de l'espace et la course aux armements dans l'espace s'affirme chaque jour davantage. La Chine appelle la Conférence du Désarmement à lancer rapidement les négociations sur un traité de la prévention de la course aux armements dans l'espace et est ouverte à toute proposition constructive sur le projet du traité relatif à la prévention du déploiement d'armes dans l'espace et de la menace ou de l'emploi de la force contre des objets spatiaux (PPWT) qu'elle a avancé conjointement avec la Russie.

Un cyberespace d'ouverture, de coopération, de paix et de sécurité revêt une signification importante pour tous les pays et le monde entier. L'Initiative mondiale sur la sécurité des données lancée par la Chine prend en considération les préoccupations communes des différentes parties et offre une solution constructive pour préserver la sécurité des données et la cybersécurité dans le monde. La Chine a récemment publié avec la Ligue des États arabes l'Initiative de coopération sur la sécurité des données, laquelle a traduit l'appel commun des deux parties à la préservation de la cybersécurité et de la sécurité des données. La Chine entend s'appuyer sur cette initiative pour élaborer ensemble avec toutes les parties des règles internationales en matière de gouvernance numérique.

L'utilisation généralisée de l'intelligence artificielle dans le domaine militaire a suscité des préoccupations sécuritaires, juridiques, humanitaires et éthiques. La Chine entend explorer avec toutes les parties une solution planétaire aux problèmes liés aux systèmes d'armes létales autonomes (LAWS).

Les technologies émergentes sont une épée à double tranchant. Nous devons d'un côté, travailler à prévenir dans la plus grande mesure leur militarisation, et de l'autre éviter d'entraver leur usage pacifique et la coopération internationale en la matière. En particulier, nous devons nous opposer à ce que certain pays pratique le blocus technico-scientifique sous prétexte de la sécurité nationale. L'ONU a un rôle central à jouer à cet égard. La Chine envisage de soumettre à l'Assemblée générale de cette année un projet de résolution sur ce sujet pour pousser l'ONU à ouvrir un processus international inclusif, transparent et impartial, et à gérer de manière plus équilibrée le rapport entre la non-prolifération et l'usage pacifique.

La COVID-19 a mis en évidence les nouveaux défis auxquels est confrontée la gouvernance mondiale pour la sécurité biologique. Tous les pays sont invités à bâtir ensemble un rempart sûr par une coopération internationale plus étroite. La Chine soutient la création d'un régime de vérification dans le cadre de la Convention sur l'interdiction des armes biologiques et exhorte les États-Unis à rejeter sa position unilatérale consistant à entraver la négociation sur un protocole de vérification juridiquement contraignant. La Chine préconise depuis toujours une recherche biologique responsable. Récemment, des scientifiques chinois et étrangers ont publié le Guide de la biosécurité de Tianjin sur les codes de conduite des scientifiques. Nous encourageons toutes les parties prenantes à l'utiliser de leur propre volonté et à promouvoir ensemble des discussions multilatérales y relatives. La Chine soutient l'initiative avancée par le Président kazakh Kassym-Jomart Tokaïev de créer une agence internationale pour la sécurité biologique, et celle avancée par la Russie sur une convention internationale pour la suppression des actes de terrorisme chimique et biologique.

Monsieur le Président,

L'ONU assume des responsabilités importantes pour le maintien de la paix et de la sécurité dans le monde. La Chine apprécie hautement l'Agenda du désarmement lancé par le Secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et continuera d'œuvrer à sa réalisation.

La Conférence du Désarmement, instance multilatérale unique de la communauté internationale pour les négociations dans le domaine du désarmement, est appelée à évoluer avec le temps et à innover. Les pays membres ont à renforcer leur concertation, à prendre pleinement en compte les préoccupations légitimes de part et d'autre, à élaborer rapidement un programme de travail complet et équilibré, et à mener dans les plus brefs délais des travaux substantiels. En tant que membre responsable de la Conférence, la Chine entend travailler avec toutes les parties à promouvoir avec détermination le processus de contrôle des armements, de désarmement et de non-prolifération de sorte à apporter une nouvelle contribution à l'avènement d'un monde de paix durable et de sécurité partagée.

Je vous remercie, Monsieur le Président.

[ Envoyer ce lien à un ami ]
  [ Imprimer ]