Page d'accueil > Activités de l'ambassade
Question-réponse du porte-parole de l'Ambassade de Chine en Belgique au sujet de l'adoption d'une proposition de résolution liée au Xinjiang par la commission des relations extérieures de la Chambre des représentants de Belgique
2021-06-16

Q : Le 15 juin, la commission des relations extérieures de la Chambre des représentants de Belgique a adopté une proposition de résolution liée au Xinjiang. Quel est le commentaire de la partie chinoise à cet égard ?

R: Au mépris de la position solennelle de la partie chinoise, la commission des relations extérieures de la Chambre des représentants de Belgique a adopté la proposition de résolution liée au Xinjiang, ignorant les faits et les vérités, dénigrant et attaquant délibérément la Chine et s'ingérant grossièrement dans les affaires intérieures de la Chine, ce qui constitue une violation grave du droit international et des normes fondamentales des relations internationales et une provocation à l'encontre des 1,4 milliard de Chinois. La partie chinoise s'oppose fermement à cet acte honteux et le condamne sévèrement.

La calomnie selon laquelle il existe un « risque sérieux de génocide » et des « violations massives des droits de l'homme qui peuvent être constitutives de crimes contre l'humanité » au Xinjiang est une pure absurdité qui dénature les faits. Au cours des 60 dernières années, l'agrégat économique du Xinjiang a été multiplié par plus de 200, son PIB par habitant a été multiplié par près de 40 et son espérance de vie moyenne est passée de 30 à 72 ans, la population ouïgoure a continué d'augmenter et les personnes de tous les groupes ethniques vivent de mieux en mieux, alors comment peut-il y avoir un « risque de génocide » ?

Les prétendues preuves visant à calomnier la politique chinoise du Xinjiang ne sont rien d'autre que des faux rapports de quelques universitaires anti-chinois, des fausses nouvelle de quelques médias occidentaux et des fausses histoires fabriquées par quelques faux témoins-actrices qui ne font que mentir. Ces mensonges sur le Xinjiang sont totalement insoutenables et ne peuvent subvertir la justice internationale. Il n'y a aucun « risque de génocide » au Xinjiang, seulement le fait que les forces anti-chinoises fabriquent des accusations contre la partie chinoise et font une présomption de culpabilité. Ces actes pervers qui calomnient les politiques de lutter contre le terrorisme, et le séparatisme et la pauvreté et de la déradicalisation en tant que crimes contre l'humanité sont les véritables crimes contre l'humanité, l'histoire le prouvera.

Nous soulignons une fois de plus que les questions relatives au Xinjiang ne sont pas des questions de droits de l'homme, ethniques ou religieuses, mais des questions de la lutte contre le terrorisme et le séparatisme et de la déradicalisation. Les mesures préventives de lutter contre le terrorisme et de déradicalisation prises au Xinjiang ont permis de freiner efficacement la prolifération et la fréquence des activités terroristes, et ce n'est qu'ainsi que la sécurité de la vie des personnes de tous les groupes ethniques a été garantie et que des progrès plus importants ont été réalisés dans le développement de l'économie et l'amélioration de leur vie, ce qui constitue la meilleure protection possible des droits de l'homme fondamentaux des personnes de tous les groupes ethniques au Xinjiang, et cela est évident pour toute la communauté internationale. Aucun pays ne peut ignorer la vérité et utiliser les questions relatives au Xinjiang comme outil de manœuvre politique.

Les affaires du Xinjiang appartiennent aux affaires intérieures de la Chine. La détermination de la Chine à sauvegarder la souveraineté nationale, la sécurité et les intérêts de développement est inébranlable, tout comme sa détermination à protéger le développement, la stabilité et l'unité ethnique au Xinjiang. Les forces extérieures ne réussiront jamais dans leurs tentatives de contenir le développement de la Chine par le biais des questions liées au Xinjiang. Nous exhortons fortement la Chambre des représentants de Belgique et certains hommes politiques à respecter les faits, à cesser de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine et à arrêter d'utiliser les questions liées au Xinjiang à des profits politiques. L'histoire prouvera également que ceux qui tentent d'insulter les autres finiront par s'insulter.

[ Envoyer ce lien à un ami ]
  [ Imprimer ]