Page d'accueil > Déclarations et Opinions
La suspicion gratuite et la diffamation infondée à l'égard de la Chine sont des virus politiques
2021-05-07

Récemment, nous avons remarqué que certains médias et experts belges ont émis toutes sortes de spéculations sur la cyberattaque dont a été victime le fournisseur d'accès Internet belge Belnet le 4 mai. Certains d'entre eux soupçonnent sans fondement l'implication de la Chine et diffusent des « théories du complot » irresponsables. Ce phénomène consistant à parler à tort et à travers de la Chine à la moindre occasion pour la salir par insinuation afin d'attirer l'attention n'est pas du tout normal.

Il convient de souligner que la Chine est un ardent défenseur de la cybersécurité et l'une des principales victimes des cyberattaques. Elle s'oppose fermement depuis toujours à toute forme de cyberattaques et les a combattues conformément à la loi. Le gouvernement chinois ne soutient pas et n'a jamais soutenu aucun acte de piratage informatique. Selon les reportages, les autorités compétentes belges mènent maintenant des enquêtes sur cette cyberattaque. Répandre les allégations avec la « présomption de culpabilité » avant que la vérité ne soit établie est une violation des principes d'objectivité et de véracité de la presse.

Aux États-Unis et en europe, il y a toujours des gens qui ont des arrière-pensées et qui essaient de jeter de l'eau sale sur la Chine, de la stigmatiser par le tapage médiatique et d'entraver son développement. L'idée de considérer la Chine comme une « menace » parce qu'elle est « grande », qu'elle se développe rapidement et qu'elle s'en tient à la voie du socialisme aux caractéristiques chinoises est ridicule et fausse, et relève d'une mentalité malsaine. La Chine n'a pas l'intention de s'engager dans une compétition institutionnelle ou une confrontation idéologique avec les pays occidentaux, et son développement ne se fait pas au détriment des autres pays, mais offre plutôt de grandes opportunités de développement à tous les pays du monde. La suspicion gratuite et la diffamation infondée à l'égard de la Chine sont des virus politiques qui encourageront la diffusion de fausses informations. Il faut être vigilant et y résister. Le « vaccin » contre ce virus politique consiste à abandonner la mentalité de guerre froide et l'idée erronée d'un jeu à somme nulle et à travailler ensemble à la construction d'une communauté de destin pour l'humainité.

[ Envoyer ce lien à un ami ]
  [ Imprimer ]